Sacs, chaussures, ceintures, vestes… Les accessoires en cuir font le bonheur de nos dressings.

Matière noble et onéreuse, la France est depuis longtemps un grand pays producteur de cuir, célèbre dans le monde entier grâce au talent de ses créateurs de mode.

Le cuir est issu des tanneries-mégisseries dont l’activité consiste à transformer les peaux d’animaux, telles que celles des vaches, chèvres, reptiles, agneaux, même certains oiseaux comme l’autruche, en cuir.

La particularité des différentes espèces permet d’obtenir des textures de cuir diverses, avec des motifs d’écailles, lisses et plus ou moins épaisses. 

La transformation des peaux peut se faire soit par un processus chimique, à partir de chrome par exemple, ou soit, au moyen de tanin naturel.

Plus écologique et permettant de renouer avec les méthodes ancestrales, le tanin naturel est extrait de l’écorce de chêne, mimosas ou châtaigner.

 Le projet FEMER, peau marine du Bassin d’Arcachon permet de réaliser du cuir à partir de plusieurs espèces de poissons par le moyen d’une méthode de tannage naturel et végétal, extrait de l’écorce de mimosas, espèce invasive dans la forêt domaniale de La Teste de Buch, adossée à la Dune du Pilat.

 Sur le territoire du Bassin d’Arcachon, territoire de pêche et de pisciculture, notamment par la présence des producteurs de caviar, ou des poissonneries d’exception, comme la célèbre poissonnerie de l’Aiguillon, les peaux de poissons ne se font pas rares.

 Actuellement traitées en déchet, le projet FEMER permet de redonner à ces peaux une seconde vie et de la valeur, puisqu’elles peuvent être transformées en cuir.

 Bar, dorade, saumon, congre, lotte… présentent de nombreuses qualités tant pour réjouir nos papilles par leurs goûts savoureux que pour le plaisir des yeux que leurs cuirs procurent.

Poursuivant un objectif de développement durable et de projet de territoire, n’hésitez pas à suivre aussi nos actualités sur notre page facebook : FEMER, peau marine du Bassin d’Arcachon.